Accueil - Dea Arduinna - Cercle Alruna - Filles d'Arduinna - Sylva Arduinna
 
 

Expositions

Entrelacs

Enluminure
irlandaise

Lettrine ornée

L'art viking

L'art roman

Labyrinthe
gothique

Symbolique

 


Lors de l' effondrement de l' empire romain d' occident, un nouveau mélange culturel va apparaître et se caractériser par une fusion des cultures chrétienne et païenne donnant
naissance à l' art mérovingien. L' usage de lettres ornées, ou lettrines colorées est né avec
cet art, et s' est rapidement répandu avec l' essor de la calligraphie manuscrite.
L' art de l' enluminure mérovingienne a largement subit les influences de l' art irlandais dès
le 6°s par l' arrivée de St Colomban vers 590 et par la création du monastère de Luxeuil,
qui deviendra l' un des principaux centres de production d' enluminures de cette époque.


Codex aureus - 8°s

Au départ, les lettres ornées montrent encore clairement l' influence celtique par leurs entrelacs, leurs figures abstraites et géométriques et la stylisation extrême de la faune, de la flore ou même, dans quelques exceptions rares, de la figure humaine. Cette figure humaine prendra de plus en plus d' importance tandis que la culture mérovingienne s' éteindra doucement, et que l' art carolingien, plus influencé par le christianisme et l' antiquité gréco-latine, fera son apparition.

 

 

 


Vers le 8°s, on commence à voir apparaître la lettrine historiée, où se mélangent désormais entrelacs, zoomorphie et scènes historiques et mythologiques. Ce mélange subtil évoluera durant toute la période du Moyen Age et sera l' un des fondements de l' art et de la culture médiévale. Au début du 9°s, le décorum carolingien va de plus en plus chercher son inspiration dans la culture antique et, en y intégrant la technique des entrelacs héritée de la civilisation celtique, il donnera naissance à la calligraphie et l' enluminure romanes.


Lexionnaire Saint Gall - 9°s

L' art roman présente une évolution de l' utilisation des entrelacs, car petit à petit, l' entrelacs premier formé de courbes et de chevauchements sera en partie remplacé par des jeux de courbes et de volutes de feuillages. Le corps humain est également de plus en plus présent, au point que l' on peut dire que l' alphabet prendra « visage humain » lors des 10° et 11°s.

 

 

 


La décoration zoomorphique suivra la même influence en présentant côte à côte des animaux fantastiques issus à la fois de l' imaginaire celto germanique et de l' imaginaire chrétien du sud.


Psautier de York - 12°s

Dans le dernier quart du 12°s, des changements importants apparaissent à nouveau, et dès le début du 13°s, les prémices de l' enluminure gothique sont déjà présents. A cette époque, la lettrine ne suffit plus à l' enlumineur, qui fait désormais déborder la décoration enluminée sur la marge et tout autour du texte. Ce sera l' apparition des « marges à drôleries ».

 

 

 

Doucement la technique des entrelacs est abandonnée, pour être remplacée par des motifs végétaux complexes ne répondant plus aux critères esthétiques et techniques anciens.L' évolution des techniques d' imprimerie et la volonté d' une plus grande diffusion des livres mettront un terme à l' art de l' enluminure, donnant ainsi un nouvel essor à la gravure.


Jean de Mandeville - 14°s